La politique contre l'habitat indigne

Les marchands de sommeil ne sont pas les bienvenus au Blanc-Mesnil. La Municipalité a souhaité prendre ce problème à bras le corps afin que chacun comprenne qu’il n’est plus possible au Blanc-Mesnil de diviser un pavillon en plusieurs lots d’habitation dans les quartiers pavillonnaires déjà saturés.

Ce phénomène de la division d’habitations individuelles touche en réalité de nombreuses communes qui, comme Le Blanc-Mesnil, disposent d’une importante zone pavillonnaire. La stratégie de la Municipalité consiste à mobiliser chaque Blanc-Mesnilois afin de vaincre ce phénomène qui gangrène la ville et le département.

La Mairie condamne par ailleurs fermement la naïveté des pouvoirs publics qui a longtemps prévalu en la matière. En effet, l’État et les pouvoirs locaux ont pu avoir, un temps, pensé que ces pratiques pouvaient être une réponse à la crise du logement qui frappe toute l’Île-de-France. Rappelons que le seul département de la Seine-Saint-Denis compte aujourd’hui près de 92 000 demandeurs de logement.

Sauver les pavillons

Dès 2014, la Ville a créé le service de l’habitat illicite, premier service municipal de France entièrement dédié à traquer les marchands de sommeil. Les résultats sont spectaculaires, puisque la Ville parvient aujourd’hui, grâce à ce service, à dresser des procès-verbaux à 6 chiffres contre des propriétaires malveillants, à signaler les cas les plus graves au procureur de la République qui engage des poursuites pénales et à signaler les loyers perçus et non déclarés aux services fiscaux.

La Ville a ensuite modifié le plan local d’urbanisme du Blanc-Mesnil afin qu’il ne soit plus possible de densifier la zone pavillonnaire. Aujourd’hui, il faut un minimum de deux places de stationnement par logement. Aujourd’hui, toute extension ou construction doit comporter un minimum de 40% d’espaces verts au sol. Ces nouvelles règles sont parmi les plus contraignantes du département. Elles doivent permettre à la police municipale de verbaliser tout manquement aux règles d’urbanisme.

Désormais, la Ville va encore plus loin. Depuis le 20 septembre 2017, le Maire envoie systématiquement un courrier aux acquéreurs qui viennent de signer une promesse de vente dans le secteur pavillonnaire du Blanc-Mesnil. Il leur explique que, s’ils ont l’intention de diviser illégalement leur pavillon, ils auront la police municipale sur le dos afin que les règles d’urbanisme soient scrupuleusement respectées.

La lutte contre les marchands de sommeil doit être l’affaire de chacun de nous.

Pour améliorer continuellement le contenu qui vous est proposé, vos retours nous sont précieux.
Merci de prendre le temps de nous indiquer si cette page vous a été utile et sinon pourquoi. 

Cette page vous a-t-elle été utile ?